Mon compte : Me connecter

Mon panier :

0,00 € ( article)

catalogues raisonnés

charlotte-perriand-complete-works-volume-1-1903-1940

CHARLOTTE PERRIAND COMPLETE WORKS - VOLUME 1: 1903-1940

Date de parution : 01/03/2014

Editeur :

SCHEIDEGGER

Nombre de pages : 512

Langue : ANGLAIS

En Résumé :

Livre neuf. Charlotte Perriand, Complete Works. Volume 1: 1903-1940 par Jacques Barsac.
Premier volume du catalogue raisonné de l'oeuvre de Charlotte Perriand.
615 illustrations couleur et 375 noir & blanc.

Charlotte Perriand (1903-2002).
D'origine parisienne, elle suit à partir de 1921 les cours de l'école de lUnion centrale des arts décoratifs sous la direction de Henri Rapin, également de Maurice Dufrène, puis à la Grande chaumière ceux d'Henri Boutet de Monvel, et effectue un séjour dans l'atelier d'André Lhote.
Elle expose en 1926 au Salon des artistes décorateurs un « Coin de salon » encore  classique, dans la mouvance des ensembliers-décorateurs de l'époque.
L'année suivante, au Salon d'automne, elle présente le « Bar sous le toit » en acier chromé et aluminium anodisé « épuré de tout ce qui est agrément » ; elle est encensée par la presse. Remarquée par Le Corbusier, elle entre dans son atelier où elle a immédiatement la responsabilité du mobilier.
En 1928, elle réalise une salle à manger avec une table extensible en tube de métal chromé, ainsi que des sièges tournants.

C'est au Salon des artistes décorateurs de 1929, qu'ils exposent conjointement sous leur trois noms, Le Corbusier, Pierre Jeanneret et Charlotte Perriand, « L'équipement dans l'habitation » édité par Thonet. Ces modèles dont la fameuse chaise longue ou la table au piétement en métal fuselé au profil d'aile d'avion, font désormais partie des classiques du design du XXème siècle.

Lors de la création de l'U.A.M. (Union des artistes modernes), elle fait partie des membres fondateurs. Toujours intéressée par les problèmes de l'architecture, elle participe au IVème Congrès international d'architecture moderne (CIAM) où est mise en place, sous l'égide de Le Corbusier, la Charte d'Athènes qui tente de définir la « Ville fonctionnelle ».

Elle participe en 1935 à la « Maison du jeune homme » avec Louis Sognot et René Herbst, où elle présente un fauteuil en bois paillé qui surprend Chareau mais qu'elle conçoit pour son faible prix de revient.

Lors de l'Exposition des arts et techniques de 1937, elle travaille sur le Pavillon des temps nouveaux avec Fernand Léger, puis, après dix ans de collaboration, elle quitte Le Corbusier.

En 1938, elle crée les premières tables de forme libre, et travaille avec Jean Prouvé à la conception de bâtiments préfabriqués.

Au début du conflit, en 1940, elle se rend à Tokyo, à l'invitation du ministère du commerce et de l'industrie du Japon, avec mission d'orienter la production de l'art industriel. Dans l'impossibilité de revenir en France, elle se rend en Indochine en 1943 où elle restera durant trois ans.

De retour en France, elle entame la conception de stations de ski comme Méribel.

C'est en 1947 que paraît le catalogue de « L'équipement de la maison », du mobilier en bois, simple, pratique, alliant une certaine rusticité à des formes minimalistes. Tout cet ensemble est conçu en collaboration avec son ancien complice Pierre Jeanneret. Elle est d'ailleurs présente dans la Cité radieuse de Le Corbusier à Marseille où elle réalise des agencements de cuisines.

Elle s'intéresse de plus en plus à l'intégration de mobilier contemporain dans des constructions industrielles ou des aménagements de bureaux.

Ce seront l'immeuble Air France à Brazzaville avec Jean Prouvé, des bibliothèques pour la maison du Mexique à la cité universitaire de Paris, ou du mobilier empilable pour la station des Arcs.

En 1956, c'est l'ouverture de la galerie Steph Simon à Paris qui va présenter et diffuser son œuvre ainsi que celles de Jean Prouvé, Serge Mouille et bien d'autres jeunes créateurs.

Après des travaux pour des commanditaires privés comme son propre chalet à Méribel, puis un appartement de fonction pour son mari à Rio de Janeiro en 1962, ou la décoration intérieure de l'ambassadeur du Japon à paris, elle dirige un bureau d'études pour la station des Arcs (jusqu'en 1982) afin s'occuper à la fois de l'architecture et des équipements intérieurs.

En 1964, elle voit éditer ses créations de 1929 avec Le Corbusier et Jeanneret par la maison Cassina.

Une de ses dernières réalisations sera une maison de thé pour l'Unesco en 1993.

Thierry Roche

120,00 €

Disponible

Expédié sous 4 à 10 jours

fiche technique

ISBN : 9783858817464

Présentation : Relié

Largeur : 240 mm

Hauteur : 310 mm

Poids : 3200 g